English | Français
4, rue Déodat de Séverac | 75017 Paris, France | 01 42 27 50 86

Clé du Bonheur

LEÇON NUMÉRO HUIT

Christ Crucifié et Vous

L’Évangile est source de vie pour tous ceux qui aiment Dieu. Tout ce que vous avez appris, dans les diverses leçons de ce cours, est centré en Jésus-Christ et Lui crucifié. Par-dessus tout, nous avons voulu être fidèles à l’enseignement de notre Sauveur et qu’ainsi vous vous soyez rapprochés du Sauveur crucifié !

« Christ crucifié et vous » est une révision des leçons trois à sept qui forment l’étude des fondements de la foi. Cette révision des principaux points vous aidera à former dans votre esprit une image de l'ensembles des élément qui forment la foi. Seule votre réponse personnelle à la croix peut apporter dans votre vie les bénédictions merveilleuses acquises sur la croix par votre Sauveur pour vous.

Il faut avant tout insister sur le grand besoin pour chaque personne de connaître Jésus-Christ crucifié.

En 1 Corinthiens 2 :1,2, l’apôtre Paul dit :

« Pour moi, frères, lorsque je suis allé chez vous, ce n’est pas avec une supériorité de langage ou de sagesse que je suis allé vous annoncer le témoignage de Dieu. Car je n’ai pas jugé bon de savoir autre chose parmi vous, sinon Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié. »

Le fait que Corinthe était un des grands centres de culture, de science et de philosophie du monde n’a rien changé au message du salut. Dans sa prédication l’apôtre Paul n’avait besoin de « savoir rien d’autre » que Christ sur la croix !

Leçon 3 :

Toute la Bible parle de Jésus

Nous avons démontré comment la croix est étroitement liée à chaque aspect de l’enseignement chrétien et le rapport de la croix avec les principes fondamentaux de la foi chrétienne.

Dans cette troisième leçon, nous avons survolé brièvement la Bible notant d’abord l’ Ancien Testament, puis les Évangile et finalement le reste du Nouveau Testament, soulignant comment chaque partie était centrée sur le Christ. Dans l’Ancien Testament, le thème est "Il s’en vient". Dans le Évangiles, le thème est "Il est ici". Dans le reste du Nouveau Testament, le thème est "Il vit, Il règne et Il reviendra". Ce que Jésus a dit des écrits de l’Ancien Testament aurait pu être dit de toutes les divisions de la Bible :

« …ce sont elles qui rendent témoignage de moi. » (Jean 5 :39).

Que l’Ancien Testament soit centré sur le Christ est évident parce que nous y voyons la croix projetée (Genèse 3 :15) ; nous y voyons la croix préfigurée ou illustrée par les sacrifices et autre figures, et finalement nous y voyons la croix prophétisée dans le menu détail dans des passages comme Psaumes 22 et Ésaïe 53.

Les récits des Évangiles sont manifestement centrés sur la croix. Les récits de la naissance, du baptême, de la tentation, du ministère et de la transfiguration du Christ font tous partie de la préparation en vue de la croix. Puis, il y a le récit de la passion qui occupe une grande portion des écrits. Le résultat en est l’acceptation merveilleuse par Dieu du sacrifice de Jésus en paiement pour les péchés de l’humanité, comme nous le témoigne la résurrection.

Le reste du Nouveau Testament peut être divisé en trois parties : le livre des Actes des Apôtres, les épîtres ou lettres écrites aux premiers chrétiens et le livre de l’Apocalypse. Chacune de ces parties est centrée sur la croix. Le livre des Actes est centre sur la prédication de la croix parmi les incroyants, juifs et païens, leurs conversions à Jésus-Christ crucifié et l’établissement des assemblées de l’Église dans le monde entier. Les épîtres, s’adressant à ceux qui sont devenus chrétiens et aux assemblées qu’ils formaient, sont centrées sur la manière de mettre en pratique la croix alors que les chrétiens du Nouveau Testament l’appliquent à leur vie dans l’Église (Galates 3 :1,2). Et le livre de l’Apocalypse est basé sur les promesses de la croix, la protection et l’épanouissement de ceux qui sont laves dans le sang de l’Agneau qui est aussi notre lumière !

Lire la Bible sans y voir Jésus-Christ crucifie comme le thème central, c’est la lire sans profiter de son message !

Leçon 4 : Dieu vous Aime

Pour mieux connaître notre grand Dieu et la valeur inestimable du salut qu’il nous offre, nous avons orienté notre étude vers "Christ crucifie : le centre de l’amour de Dieu".

Dieu est à la fois un Dieu de justice et un Dieu d’amour. En tant que Dieu de justice, Il est obligé d’exiger le paiement d’un prix pour le péché ; Il n’a pas d’autre alternative. Puisque nous sommes tous pécheurs (Romains 3 :23), nous sommes tous sous la condamnation ! Mais, en tant que Dieu d’amour, Dieu ne veut qu’aucun ne périsse (2 Pierre 3 :9). Le problème peut donc être énoncé de cette façon : Comment Dieu peut-Il rendre justice et, en même temps, justifier le genre humain pécheur ? La réponse est donnée magistralement par Paul en Romains 3 :24-26 :

« …ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est dans le Christ-Jésus. C’est lui que Dieu a destiné comme moyen d’expiation […] de manière a être reconnu juste, tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus. »

En d’autre mots, Dieu a tant aimé le monde qu’il a payé Lui-même le prix du péché en envoyant Son Fils unique mourir pour l’humanité (Jean 3 :16) !

C’est une vérité d’une grande beauté facile à énoncer, mais qui pourrait l’expliquer ? Un grand prédicateur l’illustre ainsi : Imaginez un grand général debout devant la grande armée qu’il commande. Au pied du général, joue un petit garçon, son ils fils unique. De temps en temps le garçon s’arrête et regarde son père, et son père lui sourit. Voilà une scène de paix et d’amour. Mais au loin, s’en vient un sinistre personnage dont on distingue la forme rabougrie et la démence par sa démarche. Alors qu’il s’approche, on peut discerner les haillons qui couvrent son corps, ses cheveux emmêlés, le regard de l’aliéné. À l’instant où il aperçoit le petit garçon, ses lèvres baveuses s’entrouvrent en un sourire jaune. Le petit garçon, sentant le danger, regarde son père, mais le père ne fait qu’observer la scène. Le dément s’approche de plus en plus, le général observe encore. Alors que ce sinistre personnage se saisit de son fils, le père ne bouge toujours pas. Son fils le supplie de venir à son secours, mais il n’intervient toujours pas.

Une tension presque insupportable monte alors que cette grande armée, fin prête à agir, n’attend qu’un ordre des lèvres du général pour attaquer. Mais aucun ordre ne vient. Incroyablement, le père s’impose et impose à cette grande armée sous son commandement le rôle de simple témoin, tandis que son petit garçon innocent, son fils unique, est torturé dans chacun de ses membres. Alors que l’être détestable disparaît au loin, le père contemple à ses pieds le corps meurtri de son fils, le sol taché du sang de son fils unique.

Auriez-vous pu vous maîtriser ainsi, avec toute cette puissance entre vos mains ? Certainement pas ! Mais cette scène, bien que fictive, sert à illustrer combien il en a coûté à Dieu pour donner son Fils afin que nous, vous et moi, puissions être sauvés ! Voilà, en vérité, la plus belle expression de l’amour de Dieu.

Leçon 5 :

La Puissance de Dieu pour vous Sauver

La force que peut signifier la croix dans votre vie devient évidente lorsque vous connaissez "Jésus- Christ crucifié : le centre de la puissance de l’Évangile".

« Car je n’ai pas honte de l’Évangile ; c’est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juifs premièrement, puis du Grec. », dit l’Apôtre (Romains 1 :16).

Le mot traduit "puissance" ici vient du mot grec "dunamis" duquel nous vient notre mot "dynamite". L’Évangile est la "dynamite" de Dieu pour le salut !

Si vous permettez à l’Évangile d’agir en vous, ce qui s’est produit sur la croix devient la puissance de Dieu pour vous convaincre du péché, pour vous remplir d’espérance, pour vous sauver, et pour vous inciter et vous motiver ! Jésus a dit : « Et moi, quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes a moi. » (Jean 12 :32).

Une équipe d’électriciens se trouva dans l’impossibilité de faire passer un câble électrique à travers 90 mètres de conduits mis en place à cette fin lorsqu’on avait coulé une énorme dalle de béton. Ils ne pouvaient y passer le gros câble, ni même y passer un petit câble-pilote. Avec de l’air compressé à 6,9 atmosphères (100 livres au pouce carré) de pression, ils essayèrent en vain de souffler à travers ces conduits une petite balle en plastique à laquelle était attachée une cordelette. Finalement, tout effort de forcer le câble à travers le conduit ayant échoué, ils changèrent d’approche. Avec une force aspirante de seulement, 34 atmosphères (cinq livres au pouce carré), ils créèrent un vide absolu à l’autre bout et la balle passa sans aucune difficulté. Le câble fut ensuite tiré à travers le conduit. Seulement atmosphères de poussée ne pouvait faire.

On ne peut pas forcer les hommes à donner leurs vies à Dieu, mais lorsqu’ils perçoivent toute la beauté merveilleuse de la croix de Christ, ils sont attirés à lui !

Leçon 6 :

Répondre à l ‘Amour de Dieu

Un amour aussi merveilleux que celui de Dieu et du Christ envers nous exige une réponse. En fait, pour que la croix puisse apporter le salut dans la vie d’une personne, une réponse est indispensable. Dans cette leçon nous verrons "Christ crucifié : Le centre de la réponse de l’homme".

La croix n’est pas seulement le moyen pour Dieu de s’ouvrir a l’homme, c’est aussi le moyen, le seul moyen, pour l’homme de s’approcher de Dieu. Ainsi tout aspect de l’acheminement de l’homme vers le salut trouve sa valeur et sa validité uniquement dans son rapport avec la croix.

Il vous faut entendre « la parole du Christ » et croire en ce que vous avez entendu (Romains 10 :17 ; Jean 3 :16) ; il faut que, par la foi, la bonté de Dieu vous amène à la repentance (Romains 2 :4) ; il faut que votre confession soit une confession de foi en Jésus-Christ comme Fils de Dieu (Matthieu 10 :32) ; puis, pour devenir chrétien, il faut que votre foi vous conduise à être baptisé en Lui pour le pardon de vos péchés pour qu’il vous ajoute à la communauté des chrétiens, l’Église. Écoutez la déclaration frappante de Paul en Romains 5 :3,4 :

« Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés ? Christ-Jésus, c’est en sa mort que nous avons été baptisés ? Nous avons donc été ensevelis avec lui dans la mort par le baptême, afin que, comme Christ est ressuscité d’entre les morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. »

Est-ce que toutes ces conditions sont nécessaires, essentielles pour être sauvé ? Certainement ! Réfléchissez un instant ! Est-ce que Dieu a jamais donné un commandement non essentiel ? Certainement pas ! Pourquoi toutes ces conditions sont-elles nécessaires ? Parce que toutes nous mettent en rapport avec la croix et que sans la croix il n’y pas de salut ! En accomplissant tout ce que Dieu vous dit, cela vous fait-il mériter votre salut ? Non ! Car il est impossible à l’homme de mériter son salut. Vous ne faites qu’accepter ainsi le salut qui vous est disponible gratuitement par la grâce, et procure par l’offrande de Jésus sur la croix.

Ce que Dieu vous demande en réalité c’est de vivre votre vie Lui et avec Lui. Est-ce que l’homme peut refuser quand Dieu a tant fait pour lui ?

Leçon 7 :

La Communauté des Chrétiens

Tous le sauvés sont ajoutés au Corps du Christ, l’Église, la communauté des chrétiens. Un rapport intime existe entre la mort de Jésus sur la croix et cette communauté des croyants. L’Église Lui appartient car Il l’a acquise au prix de son sang (Actes 20 :28). Jésus aime la communauté des chrétiens comme son propre corps et Il la dépeint comme une famille dont il est Lui-même le chef.

Le Bonne Nouvelle du salut par Jésus-Christ est aussi la Bonne Nouvelle du royaume. Ainsi l’Église est aussi le royaume promis par les prophètes. Ce Royaume-Église, qui est Son corps et Sa famille fut établi à l’occasion de la première Pentecôte après la résurrection du Sauveur (Actes 2). À cette occasion nous avons vu comment le Saint-Esprit fut répandu, la Bonne Nouveau du salut en Christ crucifié fut prêchée, et que plus de trois mille âmes crurent, se repentirent, et furent baptisées en la mort du Christ pour le pardon de leurs péchés passés pour être joutées par le Seigneur lui-même à l’Église. La forme d’obéissance par la foi de ces toutes premières âmes pour être sauvées et entrer dans l’Église était parfaitement conforme à la Grande Mission de Jésus donnée en Matthieu 28 :18-20 et Marc 16 :15,16. C’est là un premier exemple, suivi de beaucoup d’autre, pour montrer comment on est sauvé et comment, au premier siècle et aujourd’hui, on est ajouté à la communauté des chrétiens.

Nous avons vu comment Jésus a ordonné à ses Apôtres d’organiser l’Église pour accomplir sa mission primordiale : Être le peuple de Dieu dans le monde pour faire connaître, en Jésus-Christ crucifié, la sagesse et l’amour de Dieu (Éphésiens 3 :10). Cette organisation, basée sur l’assemblée locale avec ses surveillants (anciens, évêques, pasteurs), ses serviteurs spéciaux (diacres), ses évangélistes et enseignants, est composée de tous ceux qui y sont ajoutés par le Seigneur à mesure qu’ils sont sauvés en obéissant par la foi à la bonne nouvelle de Sa mort sur la croix.

Jésus n’a laissé ni au hasard, ni à la volonté des hommes, le fonctionnement de son Corps. Il a désigné qui doit en être les responsables ainsi que les qualifications que doivent posséder ces derniers. Il a établi le but le travail de l’Église. L’adoration chrétienne non plus ne relève pas de la pure volonté de l’homme, mais doit se conformer à Sa volonté telle qu’enseignée et exemplifiée dans Sa parole.



Copyright 2012 - Église du Christ - Déodat - Paris, France & PM International Web Design