English | Français
4, rue Déodat de Séverac | 75017 Paris, France | 01 42 27 50 86

Clé du Bonheur

LECON NUMERO NEUF

Je vis ma Foi

Christ crucifié, enseigné dans sa plénitude, touchera et enrichira chaque moment de chaque journée de la vie du disciple. Vivre la vie chrétienne signifie connaître et vivre Jésus-Christ crucifié à l’usine, au bureau, au foyer, sur l’autoroute, à l’école, au champ, au chantier ! Ce n’est pas seulement une façon de voir certaines choses ; c’est une façon certaine de voir toutes choses. Il déracinera toute erreur, doctrinal ou moral, car la croix est entourée de la pure lumière de la vérité : la vérité sur l’homme, la vérité sur le péché, la vérité sur Dieu, et la vérité sur tout ce qui pourrait séparer l’homme de Dieu !

La croix n’est pas une bannière à brandir au vent ; c’est un chemin à parcourir, une vie à vivre. Pour paraphraser un vieux negro spiritual, je crains que "tout l’monde parlant d’la croix, n’est pas vivre la croix." Trop de gens se paient de paroles la croix de Jésus sans prendre la leur pour Le suivre. Chose certaine, la personne qui prétend ne croire qu’en "Christ et Lui crucifié," qui dit mettre sa confiance dans le sacrifice du Christ et dont la vie n’en aurait pas été changée, ignore l’ampleur du message de Jésus-Christ tout comme la palourde solitaire ignore l’ampleur du grand océan bien qu’elle y soit juste au milieu !

La Réponse à la Croix

Dans la leçon six, nous avons souligné comment il faut répondre à la croix pour devenir chrétien et pour ainsi bénéficier de ce que Christ a fait pour vous.

Il faut entendre la prédication de la Bonne Nouvelle du Christ (Romains 10 :17) ; il faut croire et s’appuyer sur le sacrifice de Christ (Jean 8 :24) ; cette foi doit conduire à un changement de cœur, le repentir, afin de se tourner vers Christ (Romains 2 :4) ; alors, il faut confesser sa foi en Jésus-Christ comme Fils de Dieu (Actes 8 :37) ; et, finalement, il faut être baptisé en la mort, l’ensevelissement et la résurrection de Christ (Romains 6 :3, 4), être baptisé en Christ (Galates 3 :26, 27). A ce moment-là, on est du Christ, ressuscité de la mort spirituelle (Romains 6 :3-11), né de nouveau (Jean 3 :3), donc chrétien(1 Corinthiens 1 :12, 13), ajouté à l’Eglise par le Seigneur (Actes 2 :47), membre du corps du Christ, l’Eglise (1 Corinthiens 12 :13), enfant de Dieu (Galates 3 :26, 27) ; les péchés passés sont ainsi lavés par le sang de Christ (Actes 22 :26 ; 1 Jean 1 :7) !

Mais la réponse de l’homme à la croix ne s’arrête pas au baptême. Notre relation avec la croix doit se continuer et s’épanouir. Toute la vie chrétienne est inévitablement liée à la croix !

L’Obéissance

L’apôtre Paul a dit qu’il n’y avait rien de plus contradictoire que d’essayer de saisir la croix dans une main et le monde dans l’autre. En fait, il a dit que ceux qui « ne pensent qu’aux choses de la terre […] marchent en ennemis de la croix du Christ. » (Philippiens 3 :18, 19). Une des déclarations des plus surprenantes que l’apôtre Paul ait jamais écrites se trouve dans son épître aux Galates :

« Ô Galates dépourvus de sens ! Qui vous a fascinés, pour que vous n’obéissiez plus à la vérité, vous, aux yeux de qui Jésus-Christ a été peint comme crucifié ? »
(Galates 3 :1 voir aussi 5 :7)

Pour l’apôtre Paul, il était inconcevable que s’ils avaient réellement compris Christ crucifié, qu’ils n’aient pas continué à obéir à la vérité dans leur vie chrétienne. Pour ceux qui disent croire, mais qui n’obéissent pas, la seule conclusion est donc que le récit de la croix a atteint leurs oreilles, mais pas leurs cœurs ! Il existe un rapport fondamental entre la vie chrétienne et la compréhension et l’appréciation de la croix !

Pour bien comprendre la Bible, il faut « dispenser avec droiture la parole de vérité. » (2 Timothée 2 :15). Les Évangiles nous rapportent la vie et les enseignements de Jésus jusqu’à son ascension. Les Actes de Apôtres racontent les débuts de l’Eglise, donc la prédication de l’Évangile, comment ceux qui croyaient répondaient aux Bonnes Nouvelles de la croix pour devenir chrétiens. Jusque-là les écrits s’adressent à tous, chrétiens et non-chrétiens. A partir du livre de Romains jusqu’à la fin de l’Apocalypse, tout ce qui est écrit est adressé aux Assemblées de l’Eglise formées des croyants baptisés et aux chrétiens individuellement pour leur dire comment vivre leur foi dans l’Eglise, selon Jésus-Christ crucifié et ressuscité.

La Rapport entre la Croix et notre Vie de tous les Jours

Si nous devons atteindre un jour la demeure céleste ainsi que le vrai bonheur sur la terre, cela sera par la voie dessinée par la croix ! Il n’y a pas d’autre chemin. Jésus a dit :

« Moi, je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. »
(Jean 14 :6)

Combien il est important alors que nos vies soient centrées sur le Christ ! Quel est le rapport entre la croix et nos vies de chaque jour ? la croix comme point de repère dans nos vies peut-elle nous fournir quelque appui ou quelque force qui nous aidera à marcher selon les voies de Dieu et à connaître la sécurité et l’épanouissement promis, même au milieu de ces temps troublés ?

Soulignons encore que l’Évangile n’est pas seulement la puissance de Dieu pour sauver les âmes ; elle est aussi la puissance de Dieu pour changer les vies. La croix changera la vie d’une personne parce qu’elle change son attitude. " L’attitude d’un homme déterminera son altitude spirituelle." Personne ne peut s’élever plus haut que ses pensées. « Car il est tel que sont les arrière-pensées de son âme. » (Proverbes 23 :7).

Une Nouvelle Attitude envers le Péché

Celui ou celle en qui vit "Christ crucifié" aura une nouvelle attitude face au péché.

Aujourd’hui plusieurs ne veulent entendre que la prédication positive. Il faut mettre l’accent sur le positif, mais il ne faut pas exagérer. Si un fermier cultivait ses terres comme certaines personnes veulent que l’Évangile soit prêché, il ne ferait que semer et ne détruirait jamais les mauvaises herbes. C’est par la croix que l’on accède à la vie nouvelle, mais c’est aussi par la croix que l’on constate la laideur de la vie ancienne, la vie du péché. La compréhension de la croix commence par la compréhension du péché et de son horreur.

C’est à cause du péché que Jésus dut mourir sur la croix ; la laideur repoussante du péché ne peut être mieux vue qu’à travers la souffrance qui fut nécessaire pour le détruire. Pour comprendre l’horreur de la croix, visualisez le front lacéré par les épines, le dos ensanglanté marqué par le fouet, les mains et les pieds transpercés par les clous, et entendez le cri pathétique, « J’ai soif. » Mais pour saisir l’horreur du péché, transportez-vous avec Lui dans le jardin et voyez la sueur couler de Son front, et écoutez Sa prière angoissée, « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! » Contemplez-Le sur la croix alors que ses os tremblent, alors que les traites de l’agonie spirituelle s’inscrivent sur Son visage, alors que Ses yeux se trouvent vers le ciel et que de Ses lèvres vient le cri désespérant, « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

Avez-vous déjà pensé sérieusement à l’énormité du péché ? Faisons une comparaison. Dans une main, placez l’immense univers qui nous entoure. Bien sûr, on a du mal à concevoir sa dimension, car plus nous développons de puissants télescopes, plus nous découvrons de galaxies ; il ne semble pas y avoir de fin. Mais au moins, nous pouvons, avec nos connaissances limitées, nous faire une idée de l’immensité de l’univers. Maintenant, dans l’autre main placez le plus petit péché que vous pouvez imaginer. Juste un tout petit qui pense-t-on, "ne fera certainement pas de mal à personne." Posez-vous la question : Lequel des deux est le plus gros ? Lequel est le plus puissant ?… Ne vous y trompez pas. Dieu n’a eu qu’à énoncer l’ordre et l’univers fut créé… mais Dieu ne peut pas, de sa simple volonté, faire disparaître ne serait-ce que le plus petite péché. Afin de se débarrasser même du plus petit péché, tel que l’homme juge le péché, il fallait qu’il abandonne son Fils unique à la mort sur la croix du calvaire, ce qui ne Lui était pas nécessaire même pour créer tout l’univers.

Comment donc une personne, ayant vu la croix, peut-elle penser qu’il existe "un petit péché ?" Comment un homme peut-il regarder en face son Sauver souffrant et penser, "Je ne suis pas un pécheur ; je n’ai pas besoin d’être sauvé de mes péchés !" Ne voyez-vous pas combien le péché est terrible ?

Il ne faut pas dire, cependant, que le péché ne peut pas être attrayant, un plaisir pour la chair. Mais plutôt dire qu’aucun homme ne peut voir le péché pour ce qu’il représente réellement et continuer à l’aimer et à y trouver le même plaisir. Pour illustrer ce point, imaginez un homme que vous considérez un ami. Il est dynamique, attrayant, a une personnalité imposante. Mais un jour, sous vos yeux effrayés, il attaque et tue votre épouse et vos enfants. Puis il se tourne et souriant, il vient vers vous et met son bras autour de votre épaule en disant, "Viens, allons nous amuser !" Que serait votre réaction ? Vous savez ce qu’elle serait ; une colère et une répulsion inexprimables ! Sa seule présence vous rendrait physiquement malade et son toucher vous plongerait dans l’agonie ! Vous demander de vous joindre à lui pour vous amuser, après qu’il eut tué ceux qui vous étaient les plus chers, serait la plus grande des insultes. Vous pouvez comprendre cela. Alors comment peut-on, sachant que le péché a cloué son Sauver et son Seigneur à la croix, accepter l’invitation de Satan pour se prêter à la convoitise de la chair, à la convoitise des yeux, et à l’orgueil de la vie ?

Une Nouvelle Attitude envers Dieu

"Christ crucifié" créera aussi en nous une nouvelle attitude envers Dieu.
Une personne sensible ne peut contempler la croix sans être impressionnée par le fait que…

« Dieu est amour. »
(1 Jean 4 :8)

« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique. »
(Jean 3 :16)

Et aucune personne sensible ne peut contempler la croix sans que les larmes ne lui montent aux yeux et qu’un sanglot ne lui serre la gorge alors que la vérité lui est révélée : "Christ est mort pour moi. Dieu m’a tant aimé, qu’il a envoyé Son Fils mourir pour moi." Et si ces vérités personnelles entrent dans l’esprit d’une personne, il ne peut y avoir qu’un résultat : elle aimera en retour d’un amour passionné Celui qui l’a tant aimée.

« Pour nous, nous aimons, parce que lui nous a aimés en premier. »
(1 Jean 4 :19)

Donc, face à la croix, deux choses se produisent en nous : on est d’abord dégoûté par le péché et on apprend à le haïr, puis on est arrivé par Dieu et on apprend à L’aimer. Nous sommes amenés surtout à vivre fidèlement la vie du chrétien par notre amour pour Dieu et pour notre Sauveur Jésus-Christ. Nous apprenons à haïr le péché, mais à aimer le pécheur et cherchons à lui faire connaître l’amour de Dieu.

« Car l’amour du Christ nous étreint, [parce qu’] il est mort pour tous, afin que les vivants ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux. »
(2 Corinthiens 5 :14, 15)

Si nous aimons quelqu’un, nous ne voudrons pas lui déplaire… l’attachement aux biens de ce monde déplait à Dieu.

« N’aimez pas le monde, ni ce qui est dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est pas en Lui ; car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux et l’orgueil de la vie, ne vient pas du Père, mais vient du monde. »
(1 Jean 2 :15, 16)

Si nous aimons quelqu’un, nous ne voudrons pas le blesser…mais rien ne blesse plus profondément Dieu que de voir Son peuple retourner au péché !

Et plus encore, si nous aimons quelqu’un, nous voudrons être toujours avec lui et nous ne ferons rien qui pourrait nous séparer…mais une moralité douteuse séparera toujours un homme de Dieu, car Dieu est un Dieu de sainteté et ne peut pas vivre là où le péché existe.

« Mais ce sont vos fautes qui mettent un séparation entre vous et votre Dieu ; ce sont vos péchés qui vous cachaient sa face et l’empêchaient de vous écouter. »
(Ésaïe 59 :2)

Si nous sommes vraiment motivés par l’amour de Dieu pour obéir à l’Évangile, alors rien ne sera trop nous demander, quand nous considérons ce que Lui a fait pour nous ! Et nous ne dirons jamais que "ceci ou cela est trop important pour que j’y renonce" quand nous considérons Celui qui a tout donné afin que nous ayons la vie.

Alors quand, en tant que personnes rachetées par Dieu, nous renouons avec les faiblesses et l’immoralité du monde, c’est parce que nous souffrons de la maladie spirituelle du cœur ; c’est parce que nous avons "quitté notre premier amour," Dieu !

Une Nouvelle Attitude envers la Vie

La prédication de Christ crucifié changera les vies, parce que par elle on atteint une nouvelle attitude face à la vie elle-même.

La croix ne montre pas seulement la laideur du péché et l’amour de Dieu ; elle montre aussi la valeur inhérente et le potentiel de l’homme. Même si l’homme est tombé dans les abîmes du péché, Dieu l’estime assez pour envoyer Son Fils mourir pour lui. L’aurait-il fait s’Il avait pensé que l’homme n’était pas capable de s’en sortir avec Son aide ? Par la croix du Christ, Dieu dit à chaque homme, "Vous pouvez être meilleur que vous ne l’êtes. Vous pouvez vous élever à de nouveaux sommets. Je suis à votre côté et Je vous aiderai !"

Dans un passage familier, Paul dit :

« Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisé en Christ-Jésus, c’est en sa mort que nous avons été baptisé ? Nous avons donc été ensevelis avec lui dans la mort par le baptême, afin que, comme Christ est ressuscité d’entre les morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection ; nous savons que notre vieille nature a été crucifiée avec lui, afin que ce corps de péché soit réduit à l’impuissance et que nous ne soyons plus esclaves de péché. »
(Romains 6 :3-6)

Jean a écrite qu’Il est… « celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang. » (Apocalypse 1 :5)

Paul a encore dit :

« Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici : toutes choses sont devenues nouvelles. »
(2 Corinthiens 5 :17)

Les processus naturels de la vie forment une personne. Le péché la déforme. C’est par les études qu’elle s’informe. Mais c’est uniquement par la croix qu’elle se transforme.
Une jeune femme en sortant de l’eau lors de son baptême, a dit, encore toute essoufflée, "Je me sens si propre, je me sens comme si j’étais purifiée de l’intérieur."

Edison, inventeur de l’ampoule électrique, a vu un des lus grands laboratoires, avec tous ses travaux, entièrement détruit par un incendie. Plutôt que d’être bouleversé comme tout le monde s’y attendait, il appela son épouse et lui dit : "Viens vite, tu n’as jamais rien vu de tel." Et puis il ajouta, "Toutes mes erreurs sont détruites, je peux recommencer à neuf." C’est ce que la croix nous permet de faire. Toutes nos erreurs passées sont effacées, nous sommes portés à un autre niveau et nous pouvons recommencer à neuf ! Se peut-il qu’un homme qui comprend cela retourne volontairement au péché ? Tous ont eu l’expérience de voir quelque pauvre hère en haillons et en guenilles. Le cœur se porte vers lui et on pense en soi-même, "J’ai de bons vêtements neufs qu’il pourrait porter." Ainsi on le vêt en neuf et en propre, et on se sent bien dans son cœur pour l’avoir fait. Que pensera-t-on si on le revoit quelques jours plus tard, ses nouveaux vêtements déjà en haillons ! Que voilà une personne qui n’a aucun sens des valeurs. Peut-être pensera-t-on à l’argent et au travail investis en cette œuvre bienfaisante. Le seul mot pour décrire une telle personne c’est l’ingratitude. Où cela situe-t-il l’homme qui recevrait les robes blanches de la justice, achetées avec le sang précieux de l’Agneau sans tache, et qui se retournerait et les traînerait dans la boue et la vase du péché ? Il serait le plus ingrat des hommes !

La réalité de la croix nous aide à vivre la vie chrétienne par ce qu’elle a fait pour nous, mais aussi, par ce qu’elle continue de faire pour nous. Voici un passage de toute beauté :

« Mais si nous marchons dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autre, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. »
(1 Jean 1 :7)

S’adressent à ceux qui sont déjà baptisés pour être ajoutés au corps du Christ, Jean se sert du temps présent dans ce passage, ce temps indique une action continue. Ainsi il ne serait pas hors de propos de traduire le passage : "Si nous continuons à marcher dans la lumière (de Dieu et de Sa parole)…le sang de Jésus son Fils nous purifie continuellement de tout péché."

Soumis à la tentation, il est inévitable que chacun pèche (1 Jean 1 :8, 10), mais par la croix, Dieu a pourvu une voie de retour et de pardon. Quand un chrétien pèche, la parole de Dieu lui dit de se repentir de ce péché (Actes 8 :22), puis de l’admettre ou de le confesser. Si c’est un péché qui ne touche que le chrétien lui-même et Dieu, il peut le confesser par la prière dans l’intimité de sa chambre. Mais s’il s’agit de faits connus des autres, il a besoin d’une confession plus publique pour "nettoyer" le passé (Jacques 5 :16). Si nous sommes assez grands pour reconnaître notre péché, Jean dit :

« Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés et nous purifier de toute injustice. »
(1 Jean 1 :9)

La prière joue un rôle important dans la repentance et le pardon. Le chrétien doit prier pour le pardon et l’aide de Dieu – et si son péché touche ou est connu des autres ou est "public," il a besoin de la prière des autres ou même de toute l’Eglise (Jacques 5 :16 ; Actes 8 :23).

C’est la réponse naturelle d’un cœur caractérisé par une nouvelle attitude envers le péché, envers Dieu et envers la vie. Et, si quelqu’un a un tel cœur, alors la promesse de 1 Jean 1 :7 est à l’effet que le sang de Jésus-Christ lavera tout péché, exactement comme il le fait au baptême !

N’est-ce pas une chose merveilleuse que de réaliser qu’alors que nous essayons continuellement et constamment de marcher dans la voie de Dieu, nous repentant quand nous péchons, essayant de redresser les choses quand nous tombons, que le sang de Jésus-Christ nous lave continuellement et constamment de nos péchés ? N’est-ce pas merveilleux que nous puissions être aussi propres et purs, jour après jours, heure après heure, minute après minute, qu’au moment où nous sortions de l’eau du baptême ?

Ne voyez-vous pas comment on acquière ainsi une nouvelle conception de la vie sous tous ses aspects et comment on est renforcé pour pouvoir vivre une vie chrétienne ?

La croix change l’attitude face à la vie par la réalisation que nous avons un appui certain pour nous aider à vivre la vie chrétienne.

Vivre la nouvelle vie et garder nos robes blanches à l’abri des taches du péché n’est pas facile ; seul c’est même impossible. Heureusement nous ne sommes pas seuls. Car la croix n’est pas seulement le moyen de débuter la nouvelle vie ; elle est aussi la source continuelle de force pour ceux qui la vivent. Un groupe d’étudiants en mathématiques passèrent, à la nuit tombante, devant une vielle église avec une croix sur le clocher. Alors qu’ils regardaient la silhouette de la croix contre le firmament, l’un d’eux remarqua, avec probablement plus de perspicacité qu’il ne le croyait, "Voici le signe de l’addition (+) de Dieu." Alors que vous vivez la nouvelle vie, vous n’êtes plus seul dans votre effort de faire ce qui est bien. C’est vous plus Dieu. C’est vous plus Jésus qui a dit :

« Je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde. »
Matthieu 28 :12


Copyright 2012 - Église du Christ - Déodat - Paris, France & PM International Web Design